Skip links

La différence entre le design et l’art

J’entends souvent le design graphique être qualifié d’art. Il existe pourtant des différences fondamentales entre les deux domaines ! Que l’on soit dans le design graphique, industriel, d’intérieur ou ailleurs, il n’est jamais exact de dire que le travail est artistique. Explications.

D’abord, situons le sujet : le design graphique, que l’on devrait appeler conception graphique ou parfois graphisme, est un domaine de la communication visuelle proche du marketing et de la publicité. En effet, le but d’un projet de communication est de transmettre des informations : vendre un produit, faire la réclame d’un séminaire, inciter un comportement social, et j’en passe.

Il est souvent décrit par nos collègues américains de « résolution de problèmes », terme que j’ai déjà utilisé par le passé. En effet, on peut partir du principe que si un client demande une affiche pour annoncer son prochain concert, il a un but : faire venir du monde à son concert. Le problème est donc de comment les inciter à venir. Allons encore plus loin : il faut inciter les gens à aller à ce concert, mais qui sont-ils ? De quelles informations ont-ils besoin (la date, le prix…) ? Pourquoi iraient-ils à ce concert et pas un autre ? Nous n’avons même pas encore touché la conception de l’affiche. La conception pose son lot de problèmes à résoudre : quelles couleurs s’allient le mieux pour représenter le groupe ? Quelle donnée est plus importante ? Le nom du groupe est-il à mettre en évidence, où bien serait-ce le prix de l’entrée ?

Chaque décision prise dans la conception est un choix délibéré et réfléchi s’approchant d’un certain but. En art, le but est d’inciter une émotion ou une réaction (bien que la fonction de l’art a fait l’objet de centaines d’écrits et n’est pas encore élucidée). En graphisme, le but est de passer le message ; même si celui-ci est poignant et choquant (par exemple une affiche qui montre une femme battue pour inciter les victimes à chercher de l’aide auprès d’une association de défense de la femme), ce n’est finalement pas l’affiche qui a incité l’émotion mais plutôt l’association qui a commandé l’affiche. Une peinture propageant la même idée cependant n’aurait besoin que d’elle-même pour créer l’émotion, quand bien même elles partageraient le même but.

On me dit souvent à tort et à raison que mes créations sont belles, qu’il s’agisse de logos, affiches ou dépliants. Pourtant le résultat de la conception ne doit pas être beau – enfin, ce n’est pas son but. Il peut être moche, inciter le dégoût… mais cela sera délibéré et fabriqué. Même dans ces cas-là, il sera sans aucun doute possible de retrouver certaines règles de graphisme. Le graphisme obéit en effet à des règles qui peuvent être ignorées, mais qui ne seront jamais totalement mises de côté. L’art en revanche n’a pas besoin de règles – les peintres célèbres l’ont démontré tout au cours de l’histoire du monde de la Renaissance à aujourd’hui.

Je dois avouer qu’en écrivant cet article je me suis rendu compte que le sujet était beaucoup plus compliqué qu’il n’y paraissait au premier coup d’œil. Je pense n’avoir effleuré que la surface et finalement, même si je trouve la vision américaine assez réductrice et spécifique, je dois admettre qu’elle explique bien la différence : la conception résout un problème quelconque par la communication.

Leave a comment

Name

Website

Comment