Concevoir une belle carte de visite (partie 3) : la ligne graphique

On arrive au bout de notre carte de visite ! Il reste une étape majeure à clarifier avant de pouvoir finaliser notre chef-d’oeuvre ; j’ai nommé : la ligne graphique.

De manière générale, ce terme désigne l’harmonie et l’homogénéité que l’on essaie de donner à une création graphique – un logo, un dépliant, une affiche, voire une entreprise entière (qui sera dotée d’une charte graphique). La ligne graphique donne un aboutissement à une création. Dans une carte de visite, il s’agit de quelques règles qui contribuent à montrer que nous regardons une seule carte et non pas deux. Confus ? Lisez plutôt, c’est très intuitif !

En fait, nous avons déjà abordé la ligne graphique dans les parties précédentes de cette série sans la mentionner directement. Souvenez-vous dans la partie 2, lorsque je parlais d’utiliser quelques couleurs au plus. Cela en fait partie ! Une multitude de couleurs détracte du message de la carte et elle semble appartenir à deux personnes en même temps.

Unifier une carte de visite est relativement facile. Limitez-vous à :

  • quelques couleurs, disons un maximum de 3. La teinte ne compte pas (le fait d’éclaircir ou assombrir une couleur à certains moments), mais n’en abusez pas !
  • Deux polices, pas plus ! Les variations gras et italique comptent comme la même police… à utiliser avec modération.
  • Une photo maximum. Il est possible de la réutiliser (par exemple la moitié gauche sur le recto et la moitié droite sur le verso).

La ligne graphique cherche à réutiliser les éléments et à en tirer le maximum d’utilité (comme nous le faisons lorsque nous prélevons une couleur d’une photo, voir ici). Voici la carte de Monsieur Emile Zola, technicien automobile de formation :

cartezola

Et le tour est joué ! Sur cette carte, l’élément à retenir est le dessin des deux outils. Il est d’abord placé entre le nom et l’adresse, mais est aussi répété en bas, sortant carrément de la carte ! Combiné à une palette monochrome, nous avons créé une ligne graphique.

Et si on veut un verso ?

Comme pour le recto, il utilise une multitude de manières de faire un verso compatible. Une idée est de faire un recto minimaliste combiné à un verso qui montre les informations. Exemple avec la carte de M. Camus :

camuscarterouge.
camuscarteverso

Pas besoin d’en faire plus ! Cette carte est puissante car elle ne contient que le strict minimum arrangé d’une manière à montrer la qualité des services offerts. Le cadre au verso permet de différencier les deux côtés tout en apportant une sensation… d’encadrement, logique pour un coach !

Encore une autre manière de rappeler le recto : la réutilisation des symboles. Reprenons donc la carte de Monsieur Gionot :

gionot2.gionot22

L’espace gagné est conséquent ! On pourrait l’utiliser de différentes manières à l’instar de la carte de M. Zola, mais comme l’exemple a déjà été fait restons sur celui-ci. La ligne graphique établie ici est toute simple : on a repris le logo de l’arbre, on l’a rapetissé pour bien différencier le recto et le verso, puis on a écrit les services au verso. Notez que l’arbre est aligné verticalement sur le tronc des deux côtés. Il est important de respecter son architecture lors de l’établissement d’une ligne graphique.

Dernier exemple avec la carte de M. Verne :

avionsverne2.

avionsverne22

 

Les couleurs ont été tout bonnement inversées ! La carte conserve la même architecture : le nom dans la bande en haut, la fonction en bas à gauche, les marges de 5mm. En permutant simplement les couleurs, on crée un contraste entre le recto et le verso tout en conservant une harmonie entre les deux faces.

Voici donc trois manières de créer une harmonie entre le recto et le verso. Bien sûr, ce ne sont certainement pas les seules ! L’important est de réutiliser vos éléments soit entièrement soit partiellement (si M. Verne utilisait son nom écrit de cette manière comme logo, on pourrait imaginer le faire plus petit ou bien n’utiliser que le nom de famille) et de conserver l’architecture pour les deux côtés.

C’est tout pour le verso ?

Oui ! Je pourrais encore émettre un avis sur ce qui doit figurer de chaque côté, mais je pense que cela empiéterait sur votre créativité. Il n’y a pas de règles précises sur le contenu de chaque face, souvenez-vous seulement que tout texte doit être facilement lisible et ne pas être entravé par un autre élément.

Dans le prochain et dernier article, nous verrons ensemble comment bien préparer votre fichier pour l’imprimeur, histoire de ficeler cette série correctement. A bientôt !

2 thoughts on “Concevoir une belle carte de visite (partie 3) : la ligne graphique

  1. : je t’assure que le résultat est surprenant ! J’utilise toujours cette version de la roue des couleurs (parfois Kuler d’Adobe, mais je trouve la roue continue un peu compliquée) et je me surprends toujours des résultats !
  2. Haha je suis dans le même cas que toi j’arrives jamais trouvé des belle couleurs, mais je peux essayer avec la roue des couleurs mtn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.