Concevoir une belle carte de visite (partie 1) : les bases de sa carte

Une carte de visite est un outil indispensable pour n’importe quel professionnel. Non seulement renseigne-t-elle vos informations de contact, elle permet aussi de vous afficher et de souligner votre professionnalisme. La question : quoi écrire et comment le mettre en page sur une carte de visite ? C’est ce que nous verrons de A à Z dans une petite série d’articles bourrés d’images.

En guise d’ouverture : définir votre format, ainsi que ce que vous y ferez paraître.

Comme toujours dans la conception graphique, il est d’abord nécessaire de poser les bases de son projet. Quel est son but ? A quelle problématique répond-il ? Généralement, pour une carte de visite il s’agit de : montrer ses informations de contact, et les montrer d’une manière facile à lire. C’est tout !

La partie difficile est d’y arriver. Souvent, nous sommes tentés de mettre trop d’informations : son nom, logo, titre, adresse, et j’en passe. Nous y reviendrons !

Eh, on devait pas parler du format ?

C’est la partie compliquée !

Pour construire une belle carte de visite, rien ne vaut un logiciel de PAO (publication assistée par ordinateur). La référence est bien sûr Adobe Indesign, mais il est payant (il est possible de démarrer un essai de 30 jours cependant). Du côté des logiciels gratuits existe Scribus, que je ne connais pas mais qui est souvent recommandé. Un tel logiciel permet d’arranger vos éléments au centième de millimètre près, ainsi que de placer des repères pour les aligner. En fait, certains préfèrent utiliser un logiciel de dessin vectoriel comme Illustrator, mais je trouve personnellement qu’il est plus facile de jouer avec un logiciel de PAO.

Lorsque vous démarrerez votre projet, il sera important de choisir les bons réglages. De base, il faut que votre carte soit au format 85×55 mm. D’autres formats existent, mais la plupart des imprimeurs ne proposent que ce format. Il faut ensuite ajouter un minimum de 3mm de fond-perdu (plus d’information). Les marges de votre carte, c’est-à-dire le cadre dans lequel se trouvera votre texte, est à décider à votre guise. Personnellement, je les place souvent à 5mm du bord (en ne prenant pas en compte le fond-perdu). Enfin, assurez-vous que votre document soit créé en 300ppi (explications ici) afin que la carte puisse être imprimée correctement par votre imprimeur. Dans la même lancée, il faut impérativement que votre mode de couleur soit réglé en CMJN. Dans Indesign, il faut sélectionner « Mode : Impression » lors de la création du document.

Il est possible de faire une carte recto/verso : cela ne change pas l’attractivité de la carte, son graphisme fera qu’elle sera regardée ou non. Privilégiez le recto/verso si vous avez beaucoup de choses à écrire. L’horizontal ou vertical dépend des images que vous utilisez. Admettons par exemple que vous soyez paysagiste et que vous décidiez d’utiliser cette illustration d’arbre sur votre carte de visite :

Sans titre-1

Regardez la forme de l’arbre : un tronc fin et vertical pourvu d’un feuillage large, mais plutôt long. Cette illustration donnerait un meilleur résultat dans une carte placée à la verticale. Ainsi, si nous n’imaginons que le recto de la carte, nous pourrions avoir ceci :

Sans titre-1

Notez que le tronc de l’arbre se situe au milieu de la carte. Il n’est donc techniquement pas centré. Le texte centré renforce son aspect ovale élargi. Une police à empattements très fins, Timeless, a été choisie pour s’unir avec les détails de l’arbre aux branches droites (comme le corps de chaque lettre) et aux empattements presque invisibles (comme les feuilles). La réduction successive de la taille de la police permet de créer une hiérarchie visuelle : on regarde d’abord le nom, puis les services, puis l’adresse en bas de page (donc facile à retrouver par la suite). J’avais placé les marges à 5mm de chaque bord, et cela se voit : l’arbre touche sa marge en haut, le numéro de téléphone la touche en bas.

Les services proposés par ce paysagiste semblent faciles à comprendre. Parfois, il n’y a même pas besoin d’en mettre : on se doute bien qu’un agent immobilier par exemple nous aidera à chercher un appartement à louer. Si vous souhaitez faire apparaître vos services, choisissez-les bien : il n’y a pas besoin de tout mettre.

C’est joli, mais je mets quoi dans ma carte finalement ?

C’est un peu à vous de décider. C’est dans une carte de visite que la créativité d’un individu ressort. Au minimum, il faut :

  • votre nom, ainsi que celui de votre entreprise
  • votre logo s’il existe
  • vos services
  • vos informations de contact – pas forcément besoin d’une adresse.
  • Tout le reste n’est pas nécessaire mais, à l’instar de l’arbre de M. Gionot, peut aider à attirer le regard sur votre carte.

On résume le format de la carte ?

Bien sûr !

  • prenez un logiciel de PAO tel que Scribus
  • Votre carte doit faire 85x55mm, que ce soit en horizontal ou vertical
  • 300ppi, couleurs CMJN
  • Pas forcément besoin d’un verso
  • Placez 3mm de fond-perdu
  • Mettez une marge que le texte et les images toucheront. Je mets souvent 5mm, mais il n’est pas exclu de toucher le bord de la carte.

 

Dans l’article suivant, nous verrons différentes manières de faire ressortir les informations sur la carte.

One thought on “Concevoir une belle carte de visite (partie 1) : les bases de sa carte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.