Skip links

Vérifier la conformité physique dans le graphisme

Il y a quelques jours seulement que j’ai publié un article sur les bases des logos que deux jours après je recevais des fiches traitant plus ou moins du même sujet… mais pas seulement. Je préfère attendre encore un peu avant de parler plus des logos et donc retransmettre une partie de ce cours en attendant : la conformité de son document, spécifiquement une fois imprimé.

Imaginons que vous ayez trimé dur sur une superbe affiche pour votre spectacle prochain. A l’écran, avec vos yeux à 30 centimètres du texte, aucun problème de lecture. Mais une fois imprimée, vous vous rendez compte qu’il est impossible de lire les dates du spectacle à moins de s’approcher à 15 centimètres ! Heureusement, ceci est un problème facilement évité du moment qu’on commence son projet proprement.

D’abord, mettons-nous d’accord pour dire qu’il existe effectivement des problèmes de conformité à l’écran. J’ai déjà parlé des 300ppi et du mode CMJN, mais nous pouvons aussi mentionner le fait qu’une feuille Word au format A3 ne semble pas tellement plus grande qu’une feuille A4 à moins de regarder le pourcentage de zoom. Mais restons-en aux problèmes physiques, donc une fois le document imprimé.

Il faut déjà réfléchir au destin de votre document, qui pourra être un flyer, une affiche au format F12 posée derrière les bancs d’une gare, un coupon de remise distribué aux passants, voire même un livre broché. Quoi qu’il en soit, il est important de savoir si votre document devra durer dans le temps ou non. Une affiche publicitaire est généralement affichée un mois, on privilégie donc un papier épais (qui résistera aux intempéries). Un flyer sera entreposé à l’abri de la pluie, mais risque d’être beaucoup feuilleté. Il n’y a pas de règles précises à ce sujet, et votre imprimeur saura certainement vous conseiller car il dispose d’une large gamme de papiers.

Votre affiche, reprenons cet exemple, peut alors déjà avoir été conçue sur ordinateur à ce moment-là. J’entends par là qu’il est possible de s’inquiéter du destin du document après l’avoir dessiné. Cependant, avant de l’envoyer à l’impression, vérifiez déjà quelques points importants chez vous, sur une feuille A4 toute simple.

  • Y a-t-il du flou non voulu à certains endroits de l’image (à cause de la compression JPEG par exemple). Certaines parties sont-elles pixelisées ? N’hésitez pas à sortir la loupe !
  • Regardez votre texte à 2 mètres de distance. Est-il lisible correctement ?
  • Les images ont-elles le rendu voulu ? Il est notamment important de vérifier le contraste et la luminosité.
  • Il peut être intéressant de mesurer à la règle les dimensions, par exemple pour vérifier si un texte est bien centré ou si votre carte de visite rentre dans votre flyer.

Si vous avez accès au papier qui sera utilisée pour l’impression définitive, testez-le vous-même ! Pour un flyer par exemple, dépliez-le et repliez-le à plusieurs reprises, froissez le papier et tentez de lui redonner sa forme, touchez-le et frottez vos doigts (souvent une encre de mois bonne qualité s’efface gentiment à force d’être frottée).

Concernant le texte, il sera bien sûr plus grand si vous augmentez la taille de votre document. 2 mètres est donc la règle pour le format A4, mais n’oubliez pas que souvent les affiches ne sont que brièvement regardées avant que le client potentiel passe son chemin. C’est donc aussi une manière de vous rendre compte de la visibilité du message.

Il est primordial de s’assurer de la lisibilité de son message avant de le publier ! Il ne suffit que quelques instants pour qu’une image retienne notre attention. Si le spectateur n’a pas été saisi durant cet instant, il aura peut-être au moins retenu le message, par exemple la date du spectacle ou le pourcentage de remise sur son prochain brushing. Mais si le message est difficile à trouver ou à lire, il passera son chemin sans vouloir chercher plus loin. Cela fait beaucoup partie de la conception sur ordinateur, mais si le rendu ne donne rien de lisible malgré un superbe travail du designer vous ne captiverez pas l’attention de votre audience.

Leave a comment

Name

Website

Comment