Les bases de l’impression (partie 5) : comprendre les pixels

Dans l’article précédent, nous avions vu une manière de s’assurer que son chef-d’oeuvre restitue des couleurs fidèles à l’impression. Mais le travail n’était fini qu’à moitié ! En effet, il est tout aussi important de déterminer la taille des pixels.

Cet article est rempli de calculs, mais c’est un mal nécessaire pour comprendre la partie 6 de mon guide. Nous voyons ici la différence entre définition et résolution ainsi que le concept de pixels par pouce. Dans le prochain article, nous verrons tout ce que ces concepts changent pour une image.

Un pixel, c’est le petit carré dans mon écran, non ?

En effet, les pixels sont notamment utilisés dans les écrans pour la couleur. Ce sont de minuscules carrés qui filtrent les couleurs Rouge, Vert et Bleu et qui ne peuvent montrer qu’une seule couleur à la fois. Mais leur taille est variable ! Il n’y a pas de taille précise donnée pour un pixel, mis à part que c’est la plus petite unité qu’un écran ou qu’une image est capable de traiter.

Par exemple, Apple a fait fort il y a quelques années en introduisant l’écran Retina, dont les pixels sont si petits qu’il serait impossible de les voir à l’œil nu (c’est effectivement possible sur certains écrans: approchez votre tête de votre écran et essayez de distinguer un quadrillage noir).

Tout ceci est lié à la définition. Vous la connaissez peut-être sous le nom de résolution, car on lit souvent sous les écrans en vente dans les magasins « résolution : 1680×1050 (pixels) ». Eh non, c’est bel et bien la définition ! Les vieux écrans à la définition VGA par exemple affichaient une définition de 640×480, donc 307’200 pixels. Mais leur taille individuelle était beaucoup plus grande que ceux d’aujourd’hui ! Le plus petit pixel mesurait 0,45×0,45mm. Aujourd’hui, un écran de définition UXGA (1’600×1’200 pixels, soit 1’920’000 pixels) utilise au mieux une taille de 0,180×0,180 mm par pixel!

Faisons le calcul : un écran UXGA mesure donc 0.018(cm)*1600 = 28.8 centimètres de large sur 0.018*1200 = 21.6 centimètres de long. En d’autres mots, 610.56cm2. Et si les pixels de cette définition étaient à la taille d’un écran VGA ? 0.045*1600 = 72 centimètres (!) et 0.045*1200=54 centimètres (!!). L’écran mesurerait donc 38,88 mètres carrés ! Donc une augmentation de 6 fois la taille précédente.

On peut aussi parler de format, c’est une méthode de renseigner la forme de l’écran : est-il plutôt carré ou rectangulaire ? Long ou large ? Vous avez peut-être déjà vu la mention 16:9 ou 4:3. Cela renseigne simplement le nombre de pixels d’un côté par rapport à un autre. On peut faire la division pour trouver la réponse nous-même, mais… ça ne marche pas à tous les coups. En effet, l’écran cité pourrait exister au format 16:9 et 4:3 (si nous les faisions, nous verrions que les divisions n’ont pas de reste dans les deux cas). Heureusement, le constructeur se charge de calculer le bon ratio lui-même et l’indique à la vente. En l’occurence, le format UXGA dont je parlais tout à l’heure existe uniquement en 4:3.

C’est bien sympa ces calculs, mais il n’y a pas autre chose dont tu devais parler ?

Bref. Tous ces calculs montrent que non seulement il était obligatoire de réduire la taille des pixels, mais qu’il fallait aussi trouver une méthode plus évidente de parler de la taille des pixels. 0.18mm, c’est bien, mais ça n’aide pas beaucoup sans connaître la définition de l’écran. C’est pour cela que la résolution fut inventée ! Elle se donne en pixels par pouce (abrégé ppp ou ppi)- invention Américaine oblige, au grand désarroi du reste du monde. Simplement, on peut calculer combien de pixels occupent un pouce carré de l’écran si on connait son nombre de pixels.

Reprenons notre écran UXGA. Il mesure 610.56 centimètres carrés, donc 24’015.70 pouces carrés. Et on sait maintenant qu’il contient 1’920’000 pixels. Divisons les deux et on obtient 79.94 pixels par pouce. Juste bien, car on estime qu’il faut un minimum de 72ppi pour un affichage correct à l’écran… nous en reparlerons plus bas.

Attention ! Il est important de ne jamais confondre les pixels par pouce et les points par pouce, surtout en médiamatique. Les deux s’abrègent ppp. Il est permis, et je le fais moi-même, d’utiliser les termes anglais : pixels per inch (ppi) pour les pixels par pouce et dots per inch (dpi) pour les points par pouce. A partir de maintenant, je n’utiliserais plus que ces deux abréviations. Les dpi sont un concept plutôt utilisé par les imprimantes dont je parlerais certainement dans un prochain article.

Attends un peu, et les images dans tout ça ?

Ce sera dans la partie 6 de mon guide, par ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.