Skip links

Combien de pratique dans la formation de médiamatique ?

Jeune blog oblige, je profite d’écrire des articles pour répondre aux questions que j’imagine me seront posées éventuellement. Ceci étant, j’écrirais volontiers sur un sujet de votre choix.

Est-ce que vous faites plutôt de la théorie ou de la pratique ?

Comme tout CFC, la médiamatique promet pas mal de pratique. Sur 3 jours par semaine dédiés à la formation, un seul d’entre eux est théorique (et encore, on fait des petits exercices). Les deux autres sont, toute la journée, de la pratique pure et dure : réalisation de flyers dans InDesign, de détournement d’affiches de cinéma avec nos têtes, etc. Chaque projet est prévu pour durer quelques semaines. Pour l’instant, le plus long projet était certainement la carte de voeux de la société eauservice, qui dura au final 2 mois entiers.

Côté théorie, les cours durent en moyenne 1 heure 30, sauf ceux de bureautique qui durent une après-midi entière. Des exercices (notamment dans l’utilisation de Photoshop, qui est censé être de la théorie pour la formation en 3 ans) sont donnés dans chaque branche.

La médiamatique est donc clairement axée sur la pratique plus que la théorie. Quand bien même mes enseignants sont toujours disponibles pour répondre à nos questions, il faut savoir que les cours de pratique demandent beaucoup que l’élève réfléchisse de lui-même. Les consignes (certes toujours claires) sont données, mais la démarche exacte est laissée à l’élève. Et, quand il s’agit de créer une mise en page, on requiert de la créativité et du sens du design.

Et c’est le seul bémol, pour moi, des séances d’atelier. Il faut éviter de perdre trop de temps à la réflexion sous peine de ne pas pouvoir finir le projet à temps (lorsqu’il est noté, le rendre un peu plus tard retire des points !)

Et les années suivantes, comment est répartie la pratique ?

Un préambule déjà : en première année, on ne fait que de la technique du design et de l’informatique. Par la suite, ces concepts sont considérés comme partiellement acquis. J’entends par là que Photoshop par exemple est enseigné en 1ère année et qu’à partir de la 2ème il n’y a plus autant de cours.

A partir de la deuxième année, et jusqu’à la fin de la formation pour celle en 3 ans, on compte 2,5 jours de CFC par semaine : 1 journée de théorie (où commenceront d’ailleurs les cours « d’entreprise » : marketing, communication, économie financière…), et 1,5 journées d’atelier.

Et en 4 ans, on a plus de pratique alors ?

Absolument ! Un avantage indéniable : A partir de la troisième année, les élèves en 4 ans doivent obligatoirement faire une année de stage répartie sur les deux années (car il n’est pas garanti que l’élève soit engagé à temps). Ces jours de stage remplacent ceux d’atelier. Cependant, il subsiste encore un jour de théorie par semaine et un jour ou deux de maturité.

Est-ce que j’ai meilleur temps de faire la formation en dual pour être encore plus dans le monde du travail ?

Effectuer sa formation en dual signifie que l’élève travaille 2-3 jours par semaine chez un employeur et le reste se fait à l’école.

Je ne recommande pas nécessairement ce mode. En premier lieu, il n’existe que très peu d’entreprises voulant engager des médiamaticiens sur les cantons de Neuchâtel et Vaud. Berne peut se vanter d’en abriter plus, mais ce sont quasiment toutes des entreprises germanophones.

De plus, mes enseignants sont d’accords pour dire que la formation duale spécialise beaucoup – voire peut-être trop – l’apprenti. En effet, une entreprise engagera souvent un médiamaticien pour une seule tâche : administrer l’intranet, designer le site web, réparer les ordinateurs… la formation se veut de base très large. Il faut donc faire le choix d’être très spécialisé, ou pas du tout spécialisé.

Ce n’est clairement pas un prérequis comme pour d’autres formations. Il est difficile de trouver une place d’apprenti en entreprise, et les formateurs le savent.

Je recommande vivement la médiamatique aux gens qui, comme moi, aiment être laissé à leur propre tâche, se dévouent des heures durant sur un même projet créatif, et apprennent mieux en pratique qu’en théorie.

Leave a comment

Name

Website

Comment